1200 km en Suzuki Swift Sport

Suzuki Swift Sport 2019

Combien de fois nous sommes-nous déjà dit lors de la présentation d’une nouvelle GTI que c’était certainement « la der des der », que plus jamais, au grand jamais, nous n’aurions droit au frisson distillé par une pétillante citadine bolidée par son constructeur himself ? Assurément, beaucoup trop souvent ! Mais si cette fois c’était vraiment le cas ?

Toujours plus sûres, toujours plus sobres, toujours mieux équipées… C’est ce que l’on exige des constructeurs automobiles afin de répondre, vous le savez, à des normes sanitaires et de sécurité toujours plus sévères ainsi qu’à une clientèle désormais habituée à un panel d’équipements à faire pâlir de jalousie un Airbus A320 et le tout, pour un coût d’achat toujours plus contenu évidemment. Lorsque l’on demande en plus à ces derniers de satisfaire les attentes d’un public de niche en mal de sensations fortes, il faut ajouter à cette équation cornélienne les facteurs de performance et de fun ! Un véritable casse-tête que Suzuki semblerait bien avoir résolu avec cette 4ème génération de Swift Sport. Et si une partie de la solution à ce dilemme se trouvait déjà sous le capot d’une citadine sortie presque 40 ans plus tôt au catalogue de Suzuki, la sœur jumelle de la Swift en son temps ? J’ai nommé la Suzuki Cultus… Un turbo ? Bien sûr, mais pas que !  

Suzuki Swift Sport ZC33S Bolidage
80 kg, c’est le poids économisé par rapport à la précédente génération.

Super fit

Avec 140 ch et 970 kg sur la balance, impossible pour Suzuki de ne pas vouloir afficher fièrement les prétentions sportives de sa citadine. Le faciès tout d’abord se démarque de la version de base par un bouclier spécifique dont l’ouverture béante semble pressée d’en découdre avec le ruban de bitume qui la précède. Tout aussi spécifique, la lame inférieure abaisse visuellement la garde au sol de la Swift Sport en plus de diminuer la résistance aérodynamique, tout en limitant la portance sur le train avant… Ou comment concilier form et function. En migrant sur le profil de la japonaise, nous retrouvons le même matériau au style carbone sur les jupes latérales, elles-mêmes entourées de jantes originales de 17 pouces en alliage. Le postérieur quant à lui nous gâte d’une double sortie d’échappement emmitouflée dans un bouclier exclusif qui, complétée par un discret becquet de coffre ne laisse planer aucun doute sur la sportivité de la Swift Sport.

Suzuki Swift Sport ZC33S Avant Bolidage
Les appendices aéro au style carbone donnent le ton.
Suzuki Swift Sport ZC33S arrière Bolidage
A la vue de cette croupe, vous saurez que cette Swift n’a rien d’ordinaire !

Full option

Accueillis par un seuil de porte nous rappelant à qui nous avons affaire, nous aurions aimé descendre davantage à bord de la Swift Sport. En effet, si le maintien des ravissants sièges chauffants ne souffre d’aucun reproche, la hauteur de conduite en revanche mériterait quelques dizaines de millimètres en moins afin de profiter pleinement d’un châssis enthousiasmant. Une fois cette surprise passée, le volant gainé de cuir flatte immédiatement le regard de par ses surpiqûres rouges. Alors que le troncage en sa partie inférieure agacera les partisans des sacro-saints cerceaux ronds, il donnera un peu plus d’espace aux grands gabarits pour une pratique plus aisée du talon-pointe. Derrière lui, le tableau de bord offre un panel d’informations des plus pratiques lorsque l’on commence à taquiner la zone rouge du compte-tours. La température d’huile bien sûr, mais aussi la pression de suralimentation complétée par les forces d’accélérations subies ainsi que le couple et la puissance générés à l’instant T, histoire de confirmer s’il le fallait encore les prétentions ludiques de la Swift Sport. 

Suzuki Swift Sport ZC33S Intérieur
Ultra complet, l’équipement d’origine ne vous donnera pas le choix dans les options puisque tout est compris !

Action !

A la mise en route de la mécanique, pas de tragédie : civilisé, le 1.4 suralimenté se montre aussi disponible que discret en utilisation normale. Pas de « pop » ni de « bang » factices, désolé pour nos amis hooligans mais il faudra passer votre chemin ! Une fois turpitudes de la ville loin derrière nous et pédale au plancher sur les cols déserts,  le K14C se montre encore une fois très généreux et ce, même bas dans les tours, au point de nous faire regretter parfois l’absence d’un différentiel à glissement limité ! La monte pneumatique en 195 de large n’est pas à blâmer, loin de là, mais peut-être qu’un train arrière un peu plus rigide aurait complété à merveille cet excès d’engouement du petit 4 cylindres en plus de donner un peu plus de liberté au train postérieur. La commande de boîte et son étagement ne souffrent d’aucun reproche et s’avèrent très agréables d’utilisation. Le seul bémol que nous pourrions trouver à cet ensemble serait un petit manque de souffle dans les tours mais rassurez-vous, le rapport poids/couple qu’offre la japonaise permet des relances canons dans les cols et suffit amplement à vous coller la banane en attendant le prochain freinage ! Un freinage d’une rigueur exemplaire qui ne manquera pas de vous surprendre lors de la prise en main de la japonaise.

Suzuki Swift Sport ZC33S action Bolidage
Le rapport poids/couple s’accorde à merveille à un châssis rigoureux.

La connoisseur touch

Son tempérament aussi joueur que polyvalent, couplé à une bouille singulière, offre une auto originale qui peut convenir à tout un chacun au quotidien comme sur routes désertes. A noter que son poids plume contribue à diminuer sensiblement l’usure des consommables, et ce, aussi bien en utilisation sportive que sur le chemin du travail, un plus non négligeable à prendre en compte dans le coût d’entretien. Les 1200 km parcourus à son volant (notamment dans les lacets autour du lac de Pierre Percée) ont malgré tout soulevé quelques détails qui mériteraient votre attention. Personne n’est parfait ! Nous aurions ainsi apprécié une assise plus basse, une sonorité un peu plus rageuse dans les tours et pour les plus pointus d’entre vous, un train arrière plus musclé pour plus de motricité en sortie de courbe. A 18 900 € (offre en cours comprise), son rapport équipement/prix/performance la place quasiment sans concurrente directe et pour vous, nous avons listé quelques accessoires pour parfaire cette bombinette made in Japan.

LSD :

Siège baquet :

Kit d’admission :

Kit d'admission direct FORGE pour Suzuki Swift ZC33S
Kit d’admission direct Forge : 349,98 £

En bref :

CARACTERISTIQUES
Moteur : 4 cylindres turbocompressé
Cylindrée : 1 373 cc
Puissance maximum : 103 kW (140 ch CEE) à 5 500 tr/min
Couple maximum : 230 Nm à 2 500-3 500 tr/min
Boîte de vitesses : 6 rapports
Pneumatiques : 195/45R17
Poids à vide : 970 kg
PERFORMANCES
Vitesse maxi : 210 km/h
0-100 km : 8,1 s
CONSOMMATIONS et EMISSIONS
Urbain : 6,8 litres/100 km
Extra-urbain : 4,8 litres/100 km
Mixte : 5,6 litres/100 km
Emissions CO2 (NEDC) : 125 (NEDC)
Emissions CO2 (WLTP) :135 (WLTP)
TARIF
18 900 € (offre en cours comprise)

Crédits photos : bride-jp.com – ctc-performance.co.uk – cusco.co.jp – forgemotorsport.co.uk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *