Conduire-piloter ou la fin du zéro de conduite

Quelle est la différence entre conduire et piloter ? Une question épineuse à laquelle s’est frotté Jean-Michel Fabre dans un livre juste incontournable pour quiconque souhaite améliorer aussi bien ses performances que sa sécurité au volant. Vous êtes dans ce cas, n’est-ce pas ?

Si vous vous intéressez au pilotage, le nom de Jean-Michel Fabre vous est certainement familier. Pour les autres, revenons brièvement sur son parcours afin de comprendre pourquoi il est depuis longtemps une référence dans le milieu de l’enseignement de la conduite sportive. A 18 ans et 2 jours, le jeune Jean-Michel obtient son permis et se voit offrir une Austin Cooper S en guise de première voiture avant de s’engager rapidement en compétition où il goûte à de nombreuses disciplines : circuit, course de côte, rallye… En 1975, il devient instructeur de pilotage et se pose en précurseur dans l’Hexagone en créant des centres spécialisés à Lédenon, Grabels ou Cergy, ainsi que la première franchise en matière d’écoles de pilotage, le GET (Groupement Ecoles de pilotage sur Terre). Ses cours s’adressent à tous les profils, du coureur pro au parfait débutant. C’est cette faculté à toucher un public varié qui le mènera à publier en 1983 son premier livre, Conduire… Piloter ?, qui deviendra vite un best-seller.

Faire corps avec la voiture

Ce livre, paru initialement chez France-Empire, a connu plusieurs rééditions. Possédant celle sortie en 1987 chez France Loisirs et la version modernisée de 2003 éditée par ETAI, je choisirai ici de parler de la première, sensiblement plus “pointue” que la seconde. Ceci étant dit, passons à ce qui distingue le pilotage de la conduite selon Jean-Michel Fabre : « Dans la conduite, le véhicule fait ce qu’il veut alors que dans le pilotage c’est le pilote qui imprime son désir à l’automobile. » Pour ce faire, on va chercher à éliminer toute réaction réflexe dangereuse, avec en ligne de mire un comportement où chaque geste est contrôlé pour une parfaite maîtrise du véhicule. La maîtrise, voilà le but ultime de cet enseignement centré sur la pratique et l’engagement, qui s’étend sur plus de 200 pages, parfois illustrées de schémas, formules et photos. Concernant ce dernier point, si vous avez un faible pour les 205 T16, 505, 104 ZS, Samba Rallye ou encore 80 quattro, les clichés en action des voitures-écoles ne vous laisseront à coup sûr pas indifférent !

La base, et bien plus

Sans détailler en profondeur tout ce qui vous attend dans cette véritable “bible”, voyons tout de même les sujets principaux : position de conduite, organes essentiels de la voiture, techniques de rétrogradage avancées, situations délicates, conduite sur route et autoroute, trajectoires selon la nature des virages, types de véhicules, transfert de masses, sous- et survirage… L’auteur y dévoile notamment son fameux secret du calage du pied gauche, revient sur les idées préconçues (« Une traction avant peut être moins sous-vireuse qu’une propulsion, et nombre de nos propulsions actuelles ont tout le mal du monde à s’inscrire en virage serré. »), explique les différences entre moteur souple et pointu avec analyse de courbes à l’appui, et n’est pas avare en conseils de préparation. Pour être plus à l’aise avec les commandes, il nous suggère ainsi de modifier la pédale d’accélérateur ou de la tordre vers celle du frein, de placer une cale pour rapprocher le volant ou à défaut de plier les branches de quelques cm à l’aide d’une presse. A l’ancienne…

Papier ou vidéo ?

S’il est assez technique, Conduire… Piloter ? n’oublie pas d’adopter parfois un ton léger, comme on peut le constater avec la savoureuse partie consacrée au jargon des pilotes. On peut y lire entre autres qu’une saucisse est un dérapage incontrôlé, qu’un cartable est une voiture qui sort d’un gros accident, qu’une taupe est une jeune fille… Aussi, se déguiser signifie enfiler sa combinaison, et si l’on est confortablement installé dans sa voiture, on est alors comme une mariée. Ca ne s’invente pas ! Pour finir, si vous aimez autant les livres qu’une séance de détartrage chez le dentiste, pas d’excuse, puisqu’il existe une VHS sortie en 1988 reprenant la plupart des sujets abordés, sur un génial fond de jazz fusion du Pat Metheny Group. Comme la version papier, cette vidéo culte ne fera probablement pas de vous le meilleur des pilotes, mais elle vous aidera, sous réserve d’un minimum d’implication de votre part, à ne plus être un mauvais conducteur. Et c’est déjà pas mal !

2 thoughts on “Conduire-piloter ou la fin du zéro de conduite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *